Usages et pratiques du GSM au Bénin

13 novembre 2007 par Simon Florentin Adjatan Publications 2

L’on m’a récemment demandé mon opinion sur les usages et pratiques du GSM au Bénin. J’ai pu produire un texte qui peut-être sera utile à quelqu’un... Alors je le publie à l’état. Je vais procéder à plus d’enquête afin de l’améliorer.

Les Usages du mobile au Bénin sont forcément liés au taux d’alphabétisation, la
population totale (env. 8 millions) le pouvoir d’achat au Bénin (très faible .
environ $1000 us), et le nombre d’abonnés (impossible d’atteindre un million
même dans dix ans...)

- Sms : Seulement 34% des Béninois sont alphabétisés ; A supposer que le Sms ne concerne que cette tranche de la population (il n’est pas rare de voir, même chez les personnes instruites, des messages non lus, datant de très longtemps - imagine donc le cas des personnes non instruites) il n’est proprement utilisé que dans certains secteurs d’activités : élèves, étudiants, jeunes professionnels... Il fut un temps, Libercom assurait ce service à l’abonnement (l’on paye, puis l’on envoie un nombre illimité de messages pendant une période). Visiblement, cela n’arrangeait pas l’opérateur qui a fini par basculer vers un système de facturation par envoi. Ce même système est adopté par tous les autres opérateurs. Mes tests et investigations me prouvent qu’il n’est possible d’envoyer des sms vers les pays du nord (testé avec l’Angleterre et l’Allemagne) qu’à partir de l’opérateur MTN (ex areeba, ex benincell). De façon générale, les gens s’envoient par sms, des blagues, des prières, des rappels etc. Quelques banques de la place utilisent ce service pour informer le client de la position de son compte. Les opérateurs eux-mêmes font de la publicité par ce canal ; l’utilisateur n’a aucun moyen de refuser cette publicité. Pour finir avec le sms, passons en revue les services
maison : l’opérateur MTN a mis en place deux services (F)utiles basés sur sms : le sms rappel et le transfert de crédit.

  • Le premier aide un utilisateur "pay as you go" à cours de crédit, à demander à un contact de le rappeler ; il peut l’utiliser deux fois par jour.
  • Le deuxième permet à un utilisateur "pay as you go" dont le compte est crédité, de transférer 10 unités à un contact.

L’opérateur Moov fait beaucoup de publicité autour du sms chat. Je n’ai pas testé ce service, mais l’on peut aisément deviner qu’il s’agit d’un service de romance. Le sms to mail existe aussi.

- Types de forfait : Tous les opérateurs pratiquent le prépayé, et
l’abonnement. Le prépayé est sur la base des cartes prépayées, des débits par transfert. La concurrence à ce niveau est au montant de recharge le moins élevé... Ceci parce que les opérateurs imposent toujours un délai de validité jugé court par les populations. En 1999, ce délai était de deux mois chez Libercom pour 5000fcfa de crédit prépayé. Aujourd’hui, il est à deux mois pour 2500fcfa de prépayé chez MTN, deux mois pour 500fcfa de prépayé chez Moov... Au sein de la population, le souhait n’est pas tant de réduire les montants de recharge, mais plutôt de prolonger les délais. Une SIM désactivée coûte actuellement deux fois plus cher à la réactivation qu’à l’achat.

Les abonnements existent mais sont rares à titre individuel. Au début du Gsm au Bénin, des abonnés ont disparu dans la nature avec environ 1 million Fcfa de communication non payée... Ceci explique donc cela. Mais les entreprises / institutions offrent l’abonnement à leurs employés et se portent garantes du règlement des factures. Le calcul des taxes, des frais mensuels sur abonnement, ajoutés à la consommation proprement dite, est une source de découragement pour plus d’un. Certaines structures souscrivent par ailleurs à un abonnement "groupe fermé". Cette option génère un forfait fixe, quels que soient les flux de communication au sein du groupe.

- Divers : Je disais plus haut que même dans dix ans, l’on n’est pas sûr d’avoir un million de Béninois abonnés au Gsm. Mais il ne faut pas s’y tromper, il y a sûrement déjà plus d’un million de cartes SIM en circulation :
du fait de la mauvaise qualité de couverture des réseaux, certains concitoyens circulent toujours chargés de quatre téléphones portables. Les moins riches en ont trois / deux. Le type qui n’a qu’un portable au Bénin est soit très raisonnable (comme moi :-)), soit pauvre. D’un autre côté, il faut bien que les 7millions de béninois sans portable, puissent appeler le million qui en est nanti. Raison pour laquelle dans toutes les rues, il y a de nombreuses "cabines téléphoniques". Ces cabines consomment énormément de crédit.

Et comme partout au monde, les bips existent aussi au Bénin. Certains groupes ont tissé des codes autour... deux bips=rdv à l’endroit habituel, trois bips=je pense à toi...etc. Mais les appels vocaux constituent le service le plus consommé. Vu qu’il s’agit d’une société où les gens sont en mesure d’appeler des personnes non rencontrées depuis deux ans, juste pour dire bonjour, le tout pendant moins d’une minute, il y a de nombreux brefs appels vocaux. Les répondeurs ne sont pas tellement appréciés. Je ne suis pas près d’oublier les sermons d’un oncle lointain après qu’il soit tombé sur mon répondeur à plusieurs reprises... Il était convaincu que je décrochais, parlais puis raccrochais sans le laisser placer un mot !

Par contre, j’en connais qui dépensent leur crédit dans le téléchargement de sonneries, logos, la souscription à des services d’envoi de sms réligieux et/ou astrologiques. J’en connais également qui auraient voulu envoyer des images prises avec leur camera autrement que par bluetooth ou infrared. J’en connais qui aimeraient utiliser le Gps. Mais c’est actuellement impossible.

- Internet : le Bénin est l’un des premiers pays de la sous-région à
accéder à l’Internet (1995). Benin Telecom demeurant la seule structure de
référence en matière de télécommunication au Bénin (par les textes, pas à cause de leurs compétences), les initiatives privées sont étouffées. De fait, nous en sommes encore à "profiter" du net au boulot parce que la maison, il vaut mieux ne pas y penser. C’est nul et c’est cher. L’offre ADSL pack perso de Kanakoo.bj est de 30.000fcfa /mois pour un débit allant jusqu’à 128kbps (sic), et 15000Fcfa de frais d’accès. Après la souscription, l’on ne trouve en général rien dans la boîte qui vaille les 128kbps annoncés... Tu pourras visiter quelques sites béninois sur le principe :

http://www.kanakoo.bj/

http://www.benintelecoms.bj/

http://www.pharaon-telecom.net/ .

Les cybercafés sont encore très nombreux et surtout utiles dans ce contexte. Les accès partagés (au bureau ou au cybercafé) sont plus pratiques.

- Appels internationaux : Là encore c’est la disparité. Il y en a qui
continuent d’utiliser leur fixe pour le faire, soit parce qu’ils n’ont pas
connaissance d’autres moyens, soit parce que les autres moyens relèvent vraiment de l’acrobatie... La rumeur court qu’avec l’opérateur Bell Benin, les prix sont réduits à l’international. Si cela est vrai, cela voudra dire que cet opérateur triche avec Benin Telecom en le by-passant. Les classiques de l’appels à l’international existent ici aussi : Netphone, Callback etc. Mais il faut imaginer la qualité d’écoute. Les données ont déjà du mal à passer pour que la voix passe. J’ai vu des solutions Voip sur place sans les tester. L’on arrive à faire marcher Skype et autres Msn sur les connections dédiées et Vsat dont les F.A.I sont en général aux USA (illégal). Les derniers cas concernent exclusivement les appels PC à PC, puisque une fois encore, le Béninois n’est pas en mesure de faire du
shopping sur internet voire acheter du crédit Skype.

- Médecine : Je ne suis pas médecin. Mais parmi les domaines que l’Internet pourrait améliorer en Afrique, on nous citait à l’école la médecine. Le Bénin, à l’instar des autres pays africains connaît le phénomène de la fuite des cerveaux. Nous nous retrouvons avec un système médical local manquant de moyens (matériels et humains). Chaque année, les évacuations sanitaires coûtent des milliards de Cfa au Bénin, et les non-évacuations coûtent de nombreuses vies humaines. J’ai la conviction que les technologies de l’information peuvent beaucoup apporter au Bénin : en termes de formation continue à distance des
professionnels, en termes d’opérations chirurgicales assistées à distance, en termes de diagnostics à distance etc...

Afin de compléter tout ceci, je ferai prochainement une étude comparative des différents opérateurs en place. Merci de laisser vos commentaires !

1774 visites depuis le 13 novembre 2007. Pour citer cet article :
Simon Florentin Adjatan, Usages et pratiques du GSM au Bénin. [En ligne : http://adjatan.org/publications/article/usages-et-pratiques-du-gsm-au] Consulté le 25-11-16

Vos commentaires

  • Le 5 janvier 2008 à 21:00, par Mr Ca va changer En réponse à : Usages et pratiques du GSM au Bénin

    J’ai lu avec beaucoup d’attenttion votre texte et suis frappé par la qualité et la profondeur de l’analyse. Toute fois je souhaiterais completer cette analyse en vous annoncant l’existence au Bénin d’un site internet comme www.oceanicsms.com que j’ai decouvert avec plaisir.

    Ce site propose aux particuliers mais surtout aux entreprises d’envoyer des sms pour informer, sensibiliser, remercier ou encore relancer leur base de données clientèle. Imaginez une compagnie d’assurance dont la base de données contient jusqu’à 100.000 personnes. Cette Compagnie ne pourra jamais envoyer des voeux à toute la clientèle s’il elle decidait de le faire pour chaque client. par contre à partir de ce site et pour des coût plus que raisonnable, il est possible d’envoyez 100, 1.000 voir 10.000sms au même instant.

    Je crois pour ma part que le publlic gagnerait à connaitre un tel service. Moi je me suis fait beaucoup de schéma dans ma tête après l’avoir découvert.

    Je me suis imaginé ; des structures historiquement mastodontes comme celle de l’electricité, celle de l’eau ou encore celle du téléphone se mettre à nous remercier par sms après que ayons payé nos factures (ce à quoi nous n’avions jamais eu droit) ou tout au moins ces structures nous rappeler le delai de payement des factures avant de venir nous couper (car il arrive qu’on oublie de payer non pas par mauvaise volonté mais par manque de temps.)

    Je serai très ravi de vous voir mener des enqêtes sur les personnes qui ont lancé ce site pour nous éclairer comme vous aviez su le faire dans vos précédentes analyses.

    Merci à vous et Bonne année.

  • Le 11 mars 2008 à 23:58, par tobi022 En réponse à : Usages et pratiques du GSM au Bénin

    Gare à vous, si vous appelez les numéros GSM du bénin ! Même, sans parler, vous payez cher pour les appels non aboutis. Il en est de même pour les msgs d’accueil des Opérateurs GMS qui vous bouffent de crédit, comme si vous étiez tombé sur lun répondeur. Je propose à l’état béninois de continuer à survre de près ces Opérateurs qui rongent au jour le jour les pauvres usagers.
    Merci et à bientôt donc.
    Léon HOUNSOUNOU,fils d’Allada, depuis l’île de France.